SECURITY BOOK: Le Demi-tour Numérique de Thomas Houy

Directeur de la Sécurité

Thomas Houy

Par Alexandre Carré

Octobre 2018

Rendez-vous mensuel sur les nouvelles tendances et technologies de la sécurité-sûreté, présenté par Alexandre Carré, ce numéro de Security Book est consacré à Thomas Houy pour son livre « Le Demi-tour Numérique » : un véritable manifeste pour adjurer les entreprises de renverser complètement leurs pratiques d’innovations. Il ne s’agit pas d’apprendre de nouvelles méthodes mais de désapprendre.

Expérimentation permanente et itérative
« Avec le numérique, les entreprises doivent opérer leur révolution copernicienne en exécutant un retournement complet des processus sur lesquels elles s’appuient pour penser, concevoir, produire et livrer leurs innovations » nous explique Thomas Houy. Il s’appuie notamment sur les travaux de Saras Sarasvathy sur l’effectuation, lancée dans les années 90, qui implique que tout entrepreneur peut tâtonner au lieu de tout miser d’un coup et rentrer dans des boucles itératives de test and learn.

Abandonner tout business plan
« Laisser tomber les stratégies, les plans A et les plans B et aller sur le chemin de la sérendipité » (réaliser une découverte ou invention de façon inattendue). A travers des exemples concrets, Thomas Houy questionne dix bonnes pratiques d’innovation les plus largement ancrées dans les organisations et observe comment le passage au numérique les renverse toutes, sans exception. « Par exemple, le business plan de Nokia n’avait pas anticipé que l’entreprise passerait en cinq ans de 45% de part de marché à 5%. Nokia pensait l’innovation dans le hardware alors qu’elle s’est développée dans le soft ». Même exemple de disruption dans le marché des sites de rencontres: « Aux Etats-Unis, en 2013, ils sont 3 à se partager le marché (Okcupid Dating, Zoosk et Match.com) . En 3 mois, Tinder prend 83% du marché de la rencontre ».

Ajuster en permanence sa proposition de valeur aux désirs imprévisibles et changeants du marché
« Même constat sur le paradigme médiatique du concepteur visionnaire à l’image de Steve Job ». Thomas Houy dit que l’intuition ne compte pas. Mark Zuckerberg n’avait pas imaginé ce que deviendrait Facebook et s’est laissé porter par les réactions des utilisateurs, en itérant à chaque fois et en se laissant guider par les effets. Un pure logique effectuale. Si vous prenez Elon Musk devant un projet early stage, son avis ne compte pas plus que le vôtre. L’innovation est une boîte noire et, face à cette boîte, l’important c’est de savoir que l’on ne sait pas. Donc il faut mobiliser les savoirs, c’est à dire les datas et les data scientist vous diront ce que veut le marché ou ce qu’il ne veut pas. Le manager qui annonce qu’il va éduquer le marché se trompe; il doit le sonder, le comprendre à travers les outils d’audit du marché et de scraping.

A titre d’exemple, Youtube a été initialement pensé comme un site de rencontre. Plutôt que d’écrire un profil, les célibataires pouvaient télécharger une vidéo pour se présenter dans un format plus fluide et visuel. Avec cette promesse, l’acquisition client et la rétention de la plateforme étaient très mauvaises. Youtube décida donc de faire pivoter sa proposition de valeur en acceptant tous les types de vidéos. Loin d’être un site de rencontre, Youtube est aujourd’hui le plus grand média du Web.
Autre exemple, Android était au départ un logiciel conçu pour être embarqué sur les appareils photos. Ce dispositif devait offrir aux photographes la possibilité de poster plus facilement leurs réalisations sur Internet, directement à partir de leurs appareils photos. Au même moment, les téléphones se sont imposés comme l’équipement favori des consommateurs pour prendre des photos. Android a ainsi dû migrer sur les téléphones. Ce changement lui a permis de proposer un nombre bien plus étendu de services sur ce nouvel équipement. Android est désormais l’un des deux leaders des systèmes d’exploitation sur smartphones.

En matière de sécurité
« En matière de sécurité, notamment en B to C, je conseille aux Directeurs de la sécurité de ne jamais préjuger de leurs innovations et de leurs succès mais de vendre avant de produire (fake it till you make it) à l’image de Dropbox. » (Afin de prouver l’appétence du marché pour son produit, Drew Houston fait une vidéo expliquant son produit alors qu’il n’avait pas réaliser une seule ligne de code et lève 1 millions de dollars. )
En B to B, je conseille aux directeurs sécurité de faire attention aux plateforme « porteur d’affaires » qui peuvent devenir des donneurs d’ordres et imposer les marges. Alain Houy prend l’exemple de Booking qui prenaient 5% aux hôteliers puis 30%. Les hôteliers ont perdu les clients, parce qu’ils ont laissé un intermédiaire… Il ne faut jamais oublier cette règle dans le digital, celui qui a le client le plus haut, en l’occurrence Booking, a le client avant les chaînes hôtelières, donc devient le donneur d’ordre. C’est un message que je tiens à lancer : si les petites et moyennes entreprises laissent passer quelqu’un entre elles et leurs clients, cet acteur deviendra leur prochain disrupteur.

La théorie du biais des survivants
Pendant la guerre, la Royal Air Force s’est aperçue qu’elle perdait beaucoup d’avions au-dessus de l’Allemagne. Ils ont décidé d’auditer tous les avions revenant sur le territoire anglais pour s’apercevoir que avions prenaient les balles au niveau des ailes. Ils ont renforcé les ailes des avions… sans succès. En fait, il fallait plutôt analyser les avions morts au combat pour comprendre que les balles touchaient le réservoir. En matière entrepreneuriale, c’est exactement la même chose : si vous ne regardez que les champions, vous oubliez que beaucoup d’entreprises ont eu les mêmes attitudes, mais qu’elles sont mortes au combat du marché. Il faut s’inspirer des succès mais aussi analyser ceux qui ont échoué.

Le Relation Client
Internaliser la production de tout son code, même si l’entreprise n’est pas experte du numérique. Surtout si l’entreprise n’est pas experte du numérique ! En particulier, cette bonne pratique devient une règle d’or lorsqu’il s’agit de développements logiciels pour digitaliser la relation entre l’entreprise et son client. Et Thomas Houy de conclure qu’il est toujours moins cher de fidéliser un client que de l’acquérir.

SECURITY BOOK: Le Demi-tour Numérique de Thomas Houy
– Le livre : Le Demi-tour Numérique
– Auteur : Thomas Houy
– Éditeur : www.ledemitournumerique.com
– Prix public : 19,00 euros Format papier – 10,50 euros Format Numérique