Les drones de sécurité prennent leur envol

Drone

Par Patrick Haas

Mis en ligne janvier 2018

Les drones pour la sécurité des sites ont le vent en poupe. « Parmi les nombreuses applications des drones – les prises de vues pour les médias, le BTP, les mines, l’agriculture, etc.- la sécurité est l’application qui progresse le plus vite. Elle pourrait même devenir le premier segment d’utilisation au début de la prochaine décennie », explique Stéphane Morelli, président de la Fédération professionnelle du drone civil (FPDC).

Il faut dire que les applications sont nombreuses : surveillance de frontières, d’infrastructures sensibles, de manifestations ou d’émeutes urbaines, aide aux secours après des catastrophes naturelles ou des accidents importants, repérage de clandestins sur des embarcations en mer, surveillance de feux de forêts ou de grands événements, appui pour des enquêtes criminelles, etc.

A noter que les clients appartiennent surtout à la sphère publique (forces de l’ordre, pompiers, Sécurité Civile, administrations, etc.), où les processus de décision sont parfois longs, ce qui explique le décollage lent de ce segment de marché au début des années 2010.

Les utilisateurs de drones civils sont particulièrement exigeants sur ce créneau, car les enjeux sont essentiels. Les caractéristiques techniques des drones à usage de sécurité sont relativement simples -il s’agit surtout de transmettre des images-, mais leur autonomie de vol doit être importante pour assurer des missions de surveillance de longue durée.

Le marché des drones de sécurité se situe à près de 70 M€ en 2017, selon les estimations d’En Toute Sécurité, en progression de 50% environ. Un chiffre à comparer à un marché total des drones civils supérieur à 250 M€.

Des acteurs spécialisés

Les protagonistes de ce marché sont relativement peu nombreux : une centaine alors que l’on recense environ 5000 opérateurs de drones professionnels en France, toutes applications confondues.

Néanmoins, ils restent encore très fragiles financièrement, car les ventes n’ont pas atteint des montants conséquents et que les efforts de R&D sont très importants. Si bien qu’une grande majorité des intervenants accuse des pertes.

Parmi les leaders de ce segment, on trouve des filiales de grands groupes (Airbus, Safran, Thales, etc.), des spécialistes de la défense et des applications sensibles (Groupe Gorgé, Bertin), des fabricants de drones généralistes ayant investi dans la sécurité (Parrot, le chinois DJI) ou encore des start-ups ayant misé sur les applications de sécurité (Novadem, Azur Drones, Drone Volt, etc.).

Alors que la réglementation n’est pas encore vraiment mature, le vrai challenge consistera à survivre face aux géants du Net (Google, Amazon, etc.) qui s’intéressent de très près à ce marché avec les énormes moyens financiers et les compétences technologiques pointues que l’on connait.

Patrick Haas, rédacteur en chef